Et si on végétalisait nos murs et nos trottoirs ?

A compter du 1er janvier 2017, les communes ne pourront plus utiliser de pesticides chimiques de synthèse sur le trottoir et les espaces verts (loi Labbé de 2015). Pour atteindre cet enjeu, de nouveaux modes de gestion sont à mettre en place. La végétalisation des fonds de trottoirs en est un puisque la jonction entre le trottoir et les murs des habitations représente un linéaire très important et fortement consommateur de main d’œuvre pour assurer le désherbage.

Parmi ces alternatives : la végétalisation des murs

Végétaliser sa façade, c’est embellir sa rue en y apportant couleurs, senteurs, fraicheur, tout en procurant bien-être à tous. C’est aussi assurer le retour de la nature en ville en accueillant des plantes spontanées ou cultivées qui favorisent la présence d’insectes pollinisateurs et des oiseaux…

Cette opération présente plusieurs avantages :

–    des avantages esthétiques : 
Participer à l’embellissement de sa façade, c’est se faire plaisir mais aussi participer à l’embellissement de sa rue pour le bien-être et le plaisir de tous. Ainsi des couleurs apparaîtront au fil des saisons, égayant les rues souvent bien trop minérales.

–    des avantages sociaux : 
En jardinant sur le trottoir, on s’expose aux regards et éveille la curiosité des passants et des voisins, créant ainsi du lien avec son entourage. Des conseils, des échanges, des trocs peuvent s’instaurer,  permettant ainsi l’enrichissement des parterres. Ce mini-jardin de trottoir présente en plus l’avantage de pouvoir être entretenu par le voisinage lorsque l’on doit s’absenter.

–    des avantages écologiques : 
L’installation des végétaux en pied de mur produit un micro habitat, accueillant les insectes pollinisateurs et phytophages, mais aussi les prédateurs qu’ils soient insectes, oiseaux, lézards… Tout un cortège d’animaux faisant leur retour en ville et assurant l’équilibre du jardin, un véritable plaisir pour le jardinier observateur. Les végétaux, particulièrement les plantes grimpantes (chèvrefeuille, clématite et jasmin), assurent une protection pour les murs, tant au niveau des tags, que des pluies battantes.

Pour végétaliser votre pied de mur sur le domaine public, vous devez impérativement demander l’autorisation à votre municipalité. Renseignez-vous également afin de savoir si elle finance les travaux de découpage du trottoir, d’évacuation des gravats et de remplissage de terre. Dès que la fosse est creusée, vous n’aurez plus qu’à planter ! Et bien entendu, vous vous engagez à respecter le cahier des charges et à ne pas utiliser de désherbants et autres produits chimiques de synthèse.

Le livret Végétalisons nos murs et nos trottoirs pourra vous aider dans le choix des végétaux, le type d’ambiance, l’entretien des végétaux… Il est téléchargeable sur www.jardineraunaturel.org ou en vente 1 € à la Mce.

Article rédigé par la Mce Maison de la consommation et de l’environnement – 48 boulevard Magenta – 35000  Rennes – 02.99.30.35.50 – info@mce-info.orgwww.mce-info.org