Exposition. 20 « poilus » sortis de l’ombre

Vendredi 9 novembre, dans le cadre du 100e anniversaire de l’armistice de novembre 1918, avec le soutien du président de la section des anciens combattants Renaud Merlé et du maire Hervé Lintanf, Monique Palud, pouldourannaise, épaulée de l’adjointe Mireille Salic et de Janine Laudren, pouldourannaise de cœur, a présenté, sous forme de causerie, une exposition sur les 20 pouldourannais inscrits sur le monuments aux morts, à la classe de CM de la directrice Morgane Floch. Les écoliers ont posé beaucoup de questions surtout sur les conditions des poilus dans les tranchées. Ces 20 poilus sont, grâce à l’exposé, sortis de l’ombre. De nombreux pouldourannais y ont également assisté et des noms de familles lointaines ont éclairci bon nombre de curiosité : comme ce soldat, Y. M. Corneic, le frère d’Ernestine Goaziou, mort aux Eparges dans la Meuse à 22 ans ou encore H. B. Le Cleuziat, marin, de la famille Lasbleiz, mort à 34 ans, lors d’un combat naval en Malaisie. L’un d’entre eux d’ailleurs a été particulièrement mis à l’honneur, Pierre-Marie Le Moignet, né à Pouldouran le 2 octobre 1884. Son nom n’était pas inscrit sur le monument aux morts car l’inauguration du monument a eu lieu en 1921 et la transcription de son décès n’a été faite à la mairie qu’en 1922. Il avait été décoré de la médaille militaire, cent ans après son décès. Dorénavant, son nom se trouve enfin sur le monument aux morts des combattants de 1914-1918 grâce à la section des anciens combattants qui l’a fait gravé.